Les otites du chat

Par Vetissimo 9 à lire

La définition de l’otite est une inflammation de l’oreille mais il vaut mieux parler «des» otites du chat et non d’une otite chez le chat, car c’est un syndrome dont les symptômes sont assez régulièrement les mêmes mais dont les causes peuvent être très variées.

Chez le chat, l’otite est une affection rare et représente moins de 5% des motifs de consultation vétérinaire. Le chat présente certaines spécificités qui rend ses otites différentes de celles du chien par exemple.

Tout d’abord, il faut savoir que son oreille est constituée en réalité de 3 parties :

  • la partie externe de l’oreille est l’organe de réception des ondes sonores : elle est composée d’un pavillon externe systématiquement dressé sauf dans les races fold, du conduit auditif externe dont le diamètre diminue rapidement en profondeur, et du tympan ; le conduit auditif externe est en forme de L, pouvant mesurer plusieurs centimètres de long, avec une partie verticale et une partie horizontale. Le tympan est une petite membrane qui sépare la partie externe de la partie moyenne ;
  • la partie moyenne est l’organe de la transmission des ondes : elle est composée de la bulle tympanique et des osselets (marteau, enclume et étrier). Cette bulle tympanique est divisée par de petites cloisons à l’origine de la création de 3 petites cavités. Elle communique avec le pharynx, derrière la cavité buccale avec un petit conduit appelé la trompe d’Eustache ;
  • la partie interne est l’organe de l’intégration des ondes sonores qui intervient dans l’équilibre.

Les otites externes du chat

Les otites externes sont plus fréquemment rencontrées chez le chaton ou le jeune adulte, sans prédisposition raciale ou sexuelle.

A lire aussi :  Teigne chez le chat

Il s’agit d’une inflammation du conduit auditif externe et du tympan.

Symptômes des otites externes

Les chats atteints d’otite externe peuvent présenter un prurit auriculaire (chat qui se gratte ou se secoue les oreilles, se frotte les oreilles au sol), une douleur à la manipulation des oreilles, une mauvaise odeur ; le pavillon peut être abîmé à cause de ces démangeaisons (perte de poils, rougeur, épaississement fluctuant, induration) : les lésions peuvent être parfois très sévères étant donné l’automutilation que peut s’infliger le chat avec ses griffes. Une agressivité peut parfois être notée.

Causes des otites externes

Les causes d’otites externes sont multiples et variées. On peut citer:

  • les causes parasitaires : gale des oreilles (ou otacariose), très fréquente (50-80 des otites externes du chat), surtout chez les jeunes individus ; démodécie (rare)
  • les causes traumatiques : corps étrangers, morsures.
  • les causes allergiques : dermatite miliaire, dermatite atopique…
  • les causes immunitaires : pemphigus, …
  • les masses : polypes inflammatoires bénins ou tumeurs (le plus souvent agressives)

Il existe également des facteurs favorisants leur apparition comme un nettoyage avec des produits inadaptés, des coton-tiges,… et d’autres facteurs qui entretiennent cette otite externe comme des bactéries ou des champignons opportunistes, une altération du conduit auditif, une otite moyenne,…

Diagnostic des otites externes

Étant donné tous les facteurs évoqués ci-dessus, la démarche diagnostique face à une otite doit être rigoureuse et votre vétérinaire réalisera sur votre chat un examen clinique général ainsi qu’un examen rapproché de l’oreille. Pour cela, il examinera l’oreille avec un instrument adapté afin de visualiser le contenu du conduit auditif externe (un otoscope ou un vidéo-otoscope) : recherche de corps étranger, de masse, d’anomalie au sein du conduit auditif,…

Un prélèvement du cérumen et un examen direct au microscope pourront être faits pendant la consultation. Il peut être parfois nécessaire de tranquilliser ou d’anesthésier votre chat si la douleur est trop importante ou si l’examen du conduit auditif est difficile étant donné la présence d’une grande quantité de cérumen.

A lire aussi :  Le coryza chez le chat - Prévention, Symptômes et traitement possible

Dans des situations de chronicité, des examens complémentaires plus complexes peuvent vous être proposés comme des radiographies, un scanner, des prélèvements pour analyse sanguine, bactériologique ou histologique…

Traitement des otites externes

La prise en charge thérapeutique dépend de la cause. Classiquement, un traitement médical est mis en place et associe un nettoyant et un produit « traitant » (antiparasitaire, antibiotique, antifongique et/ou anti-inflammatoire). Les produits utilisés seront adaptés en fonction des examens complémentaires réalisés.

Dans certaines situations, par exemple une otacariose, il n’est pas toujours nécessaire de mettre un produit traitant dans l’oreille : un traitement avec des pipettes antiparasitaires spécifiques peuvent suffire. De même, il est parfois nécessaire de donner un traitement par voie générale. Enfin, une intervention chirurgicale peut aussi vous être proposée comme pour certaines tumeurs ou polypes.

Les otites moyennes chez le chat

Il s’agit d’une inflammation de la bulle tympanique et de la trompe d’Eustache. Les symptômes sont identiques à ceux observés lors d’otite externe mais d’autres symptômes plus spécifiques peuvent exister : apparition d’une surdité, tête penchée, douleur à l’ouverture de la gueule, sécheresse oculaire, difficulté à la déglutition, ronflements, …

Les otites moyennes, chez le chat sont soit secondaires au développement de tumeur ou de polypes soit secondaires à une infection rétrograde à partir du naso-pharynx, via la trompe d’Eustache. Dans ce cas, ce sont souvent les chats porteurs du virus de l’immunodéficience féline ou de la leucose qui sont atteints.

Les otites moyennes sont, quant à elles, les principales causes d’une otite externe chronique.

A lire aussi :  Gastro-entérite chez le chat

La même démarche diagnostique initiale que celle évoquée précédemment sera mise en place. Ensuite, les examens de la bulle tympanique via radiographie et scanner sont une pierre angulaire de la démarche. Il peut parfois vous être proposé de faire une paracentèse du tympan (ou myringotomie) consistant à faire une perforation du tympan pour réaliser des prélèvements au sein de la bulle tympanique et la nettoyer.

Quant au traitement, il est médical lors d’otite infectieuse; il deviendra chirurgical en l’absence d’amélioration lors de tumeur ou de polypes.

Les otites internes chez le chat

Elles sont encore plus rares. Dans cette situation, des symptômes neurologiques sont systématiquement présents. Les signes cliniques les plus fréquemment rencontrés sont :

  • des troubles de l’équilibre : tête penchée, animal qui tourne en rond, roulades en tonneau
  • des mouvements oculaires : les yeux peuvent avoir des mouvements saccadés d’aller-retour horizontaux ou en rotation
  • des anomalies de positionnements de paupière et d’ouverture de la pupille
  • la perte d’audition.

Les examens complémentaires pouvant vous être proposés pour explorer les otites internes sont des scanners, des examens par imagerie par résonance magnétique (IRM), des potentiels évoqués auditifs (pour explorer l’audition).

Conclusion

Bien que l’otite soit un motif de consultation fréquent chez le vétérinaire, le chat présente certaines spécificités en terme de cause, de diagnostic et de traitement qu’il est important de connaître et qui le différencient du chien. Des examens complémentaires, parfois sous tranquillisation ou anesthésie, pourront vous être proposés. Il est important de ne pas laisser évoluer une otite longtemps car la prise en charge sera plus délicate et le pronostic pourra être plus réservé. Enfin, vu les complications possibles, il est recommandé d’éviter toute auto-médication lors d’otite sur votre chat.

Partager cet article
Ajouter un commentaire