Difficultés respiration chat

Difficultés respiratoires chez le chat

Par Vetissimo 8 à lire

La mise en évidence de difficultés respiratoires chez votre chat est un motif fréquent de consultation en médecine féline.
Pour assurer une fonction respiratoire correcte (c’est-à-dire assimiler l’oxygène de l’air et le transporter dans les différents organes), le chat a besoin de différents organes ou tissus fonctionnels au sein de son organisme :

  • un « appareil respiratoire » efficace : ce dernier comprend les cavités nasales, le nasopharynx, le larynx, la trachée, les poumons (bronches, bronchioles et alvéoles pulmonaires), les plèvres (enveloppes autour des poumons), le diaphragme (muscle qui sépare le thorax des organes abdominaux) et les côtes / sternum qui délimitent le thorax.
  • une pompe cardiaque fonctionnelle ainsi que des vaisseaux correctement ouverts (veines et artères) pour pouvoir conduire le sang oxygéné (qui vient des poumons) vers l’ensemble des organes
  • des globules rouges (ou hématies) qui sont les éléments du sang permettant le transport de l’oxygène.
    Une anomalie ou un dysfonctionnement d’un ou plusieurs de ces acteurs peut être à l’origine de difficultés respiratoires chez le chat.

Symptômes

Les difficultés respiratoires chez le chat peuvent se manifester de différentes façons : respiration rapide ou bruyante, sifflements, ronflements, respiration bouche ouverte (signe d’une détresse respiratoire majeure), discordance respiratoire (mouvements du thorax non synchronisés avec les mouvements de l’abdomen), muqueuses ou langue « grises » cyanosées ou pâles blanches (au lieu d’être rosées).
En plus de ces manifestations, il est possible de noter des éternuements, de la toux, des efforts de déglutition, des efforts de régurgitations, une faiblesse, une perte d’appétit, de la fièvre.

A lire aussi :  Vomissements bilieux chez le chat

CAUSES des difficultés respiratoires chez le chat

Comme évoqué précédemment, votre chat peut avoir des difficultés respiratoires pour de nombreuses raisons.

Les causes respiratoires

  • Atteinte des cavités nasales et du nasopharynx : atteinte infectieuse (virus : coryza, champignon : aspergillose, rhinite bactérienne secondaire), corps étranger, tumeur, polypes nasopharyngés, sténose nasopharyngée, abcès dentaire avec fistule (=communication) oronasale,…
  • Atteinte laryngée : parésie/paralysie laryngée, tumeur, …
  • Atteinte trachéale : corps étranger, tumeur, hypoplasie
  • Atteinte pulmonaire : bronchopneumonies infectieuses (bactéries, virus, parasites, champignons), bronchite chronique ou asthme, tumeur primaire ou métastases, hémorragies pulmonaires (suite à un traumatisme, une intoxication aux anticoagulants, …)
  • Atteinte pleurale : présence d’un épanchement (liquide) d’origine infectieuse (bactérie : pyothorax, virale : péritonite infectieuse féline, …), tumorale, cardio-vasculaire ; ou présence d’une trop grande quantité d’air au milieu des 2 plèvres (pneumothorax) d’origine traumatique ou sans cause sous-jacente (dit « idiopathique).
  • Atteintes diverses : il existe des causes « mécaniques » à l’origine d’un effet compressif de l’appareil respiratoire :
    • diminuant sa capacité à conduire l’oxygène aux poumons (compression des tuyaux respiratoires)
    • ou empêchant les poumons de correctement s’étendre dans le thorax.
  • Certaines masses situées au niveau du médiastin (région du thorax qui sépare les lobes pulmonaires droits et gauches) ou au niveau des côtes peuvent avoir un effet compressif sur l’appareil respiratoire : il s’agit le plus souvent de tumeurs. La présence de douleur, suite par exemple à une fracture traumatique des côtes ou du sternum, peut également empêcher l’animal de respirer correctement. Enfin, des cas de hernies diaphragmatiques congénitales ou traumatiques permettent le passage d’organes abdominaux au sein de la cavité thoracique : ces derniers compriment alors les poumons.
A lire aussi :  Vomissements chez le chien

Les causes cardio-vasculaires

Toute maladie cardiaque avancée chez le chat peut être à l’origine d’un œdème pulmonaire (c’est-à-dire d’eau dans les poumons) engendrant une perte d’efficacité des échanges gazeux au niveau des alvéoles pulmonaires. Comme évoqué précédemment, une insuffisance cardiaque peut également se manifester par la présence d’un épanchement (liquide) au sein des plèvres. D’autres pathologies cardiaques peuvent faciliter la formation de caillots (thrombus) qui peuvent obstruer le tronc pulmonaire, c’est-à-dire l’artère qui conduit le sang du coeur aux poumons : dans ce contexte, les globules rouges ne peuvent plus atteindre les poumons où ils devraient se charger d’oxygène pour le conduire aux autres organes. On parle de thromboembolie pulmonaire.

Les causes sanguines

Toute maladie à l’origine d’une anémie (manque de globules rouges), ou d’un dysfonctionnement des globules rouges (souvent d’origine toxique : ingestion de paracétamol, ail, oignons, …) peuvent provoquer des difficultés respiratoires par défaut de transporteurs d’oxygène.

Diagnostic des troubles respiratoires chez le chat

L’approche diagnostique nécessite un recueil précis du mode de vie et de l’historique médical de votre chat (vaccination, médicaments éventuels, …). Ensuite votre vétérinaire réalisera un examen clinique général de votre animal en insistant sur l’inspection de la bouche et des muqueuses, sur l’auscultation cardio-respiratoire, sur la palpation des côtes, du sternum et de l’abdomen.

Parfois, la difficulté respiratoire peut être telle qu’un examen exhaustif de votre animal ne pourra pas être réalisé immédiatement : le transport à la clinique et le stress associé pouvant encore accentuer cette détresse. Dans ce cas, votre vétérinaire pourra tranquilliser votre animal et lui administrera de l’oxygène afin de le réanimer ; l’examen général exhaustif sera différé de quelques minutes ou heures.

A lire aussi :  Convulsions chez le chat

Par la suite, votre vétérinaire pourra vous proposer certains examens complémentaires :

  • Radiographies pulmonaires
  • Échographies thoraciques ou abdominales
  • Prises de sang
  • Ponction thoracique et analyse éventuelle du liquide prélevé.
  • Scanner thoracique
  • Endoscopie thoracique
  • Traitement des troubles respiratoires

À chaque cause son traitement

Une prise en charge médicale et/ou chirurgicale peut vous être proposée et dépendra de la cause de la détresse respiratoire.

Dans certains cas, votre vétérinaire gardera votre animal pour continuer son oxygénation, le mettre sous perfusion, le réhydrater, gérer sa douleur, parfois le réalimenter à l’aide d’une sonde de réalimentation.

Certaines maladies sont incurables : la prise en charge ne sera donc que palliative de façon à permettre à votre animal de garder une qualité de vie correcte.

Conclusion

Un chat qui a du mal à respirer peut être en détresse respiratoire : il peut s’agir d’une réelle urgence nécessitant une prise en charge rapide. Les difficultés respiratoires ne sont jamais à négliger. Votre vétérinaire procédera par étapes pour établir un diagnostic. Ne soyez pas perturbés par la réalisation d’une tranquillisation et d’une oxygénation/réanimation préalables à l’examen clinique complet : elles sont souvent indispensables pour tout le monde (pour que votre chat puisse respirer, pour que votre vétérinaire ait suffisant de temps pour mettre en évidence la cause et que vous ayez une réponse à vos questions)

Partager cet article
Ajouter un commentaire