Sang dans les urines du chat

Sang dans les urines chez le chat

Par Vetissimo 4 à lire

L’hématurie, ou la présence de sang dans les urines, est un problème courant chez les chats.

Symptômes d’alerte

Un des premiers signes d’alerte est souvent la couleur des urines dans la litière, allant du rose au rouge vif. Les poils autour de la vulve ou du fourreau peuvent également être tachés de sang. D’autres signes incluent :

  • Changements dans le comportement urinaire (dysurie) et douleur à la miction (strangurie).
  • Malpropreté urinaire, avec des urines en dehors de la litière.
  • Léchage excessif en raison de l’inflammation et de la douleur.
  • Symptômes généraux comme l’anorexie, vomissements, diarrhée, abattement.

Causes

Les causes de l’hématurie chez le chat peuvent être multiples :

  • Atteintes systémiques : infections virales ou bactériennes, maladies métaboliques (comme le diabète), intoxications, troubles de la coagulation, vascularites.
  • Atteintes de l’appareil reproducteur : métrite, vaginite, balanoposthite, tumeurs, kystes, traumatismes.
  • Atteintes du haut appareil urinaire : malformations, calculs rénaux, tumeurs, pyélonéphrites, traumatismes.
  • Atteintes du bas appareil urinaire : malformations, tumeurs, cystites (à urolithiase, idiopathiques, bactériennes), traumatismes.

Il est crucial de consulter un vétérinaire pour déterminer la cause exacte et débuter un traitement approprié.

La consultation vétérinaire

Examen clinique

Le vétérinaire aura besoin de renseignements sur :

  • Les symptômes observés
  • Les antécédents médicaux : récidives, stérilisation.
  • Le milieu de vie : ville ou campagne.
  • Le mode de vie : sorties, présence d’autres animaux.
  • Le caractère du chat : anxiété.
  • Changements récents dans l’environnement.
  • Alimentation : type, quantité, mode de distribution.
  • Abreuvement : quantité, mode de distribution.
  • Lieu de miction : type et qualité de la litière, extérieur.
A lire aussi :  Rage chez le chat

Lors de l’examen, une attention particulière sera portée à la palpation de la vessie et des reins pour évaluer leur taille, consistance et toute douleur provoquée. La manipulation peut parfois provoquer une miction, permettant la collecte d’urines pour des examens complémentaires.

Examens complémentaires

Examens urinaires

La bandelette urinaire permet de vérifier la composition des urines (pH, protéines, sang, glucose, nitrites, leucocytes). Un culot urinaire peut quantifier et qualifier les cellules et cristaux. Un examen cytobactériologique détecte la présence de bactéries.

Examens sanguins

Des prélèvements sanguins vérifient le fonctionnement des reins, recherchent des signes infectieux ou des troubles de la coagulation.

Imagerie

Les radiographies peuvent révéler des calculs ou malformations. L’échographie visualise les organes uro-génitaux, leur taille, forme et contenu, et peut guider des prélèvements comme des cystocentèses.

Biopsies

Des biopsies rénales, par exemple, fournissent des informations précises sur la capacité fonctionnelle des organes.

Traitement de l’hématurie

Le traitement dépend de la cause et peut inclure :

  • Chirurgie pour enlever des calculs vésicaux.
  • Hospitalisation pour perfusion en cas d’insuffisance rénale.
  • Médicaments : antibiotiques, antispasmodiques, anti-inflammatoires, myorelaxants.
  • Modifications hygiéniques : alimentation spécifique, stimulation de l’abreuvement, changements environnementaux, gestion du stress.

Certaines affections peuvent récidiver, nécessitant un traitement de fond pour prévenir les récidives et des contrôles réguliers pour ajuster le traitement.

A lire aussi :  Intoxication au chocolat chez le chat
Partager cet article
Ajouter un commentaire