maladie carre chien

La maladie de Carré

Par Vetissimo 8 à lire

La maladie de Carré est due à un virus appartenant à la même famille que le virus de la rougeole chez l’homme. Il a été découvert par monsieur Carré qui lui a donné son nom. Le virus de la maladie de Carré infecte la plupart des carnivores terrestres : canidés (chien, chacal), mustélidés (furet, vison), procyonidés (raton-laveur) et les grands félins (lion, tigre).

Pathogénie et épidémiologie

Le virus de la maladie de Carré est à ARN enveloppé, ce qui fait qu’il est peu résistant dans le milieu extérieur, et éliminé par la plupart des désinfectants usuels.
L’excrétion virale se fait via toutes les sécrétions organiques de l’animal infecté : urines, matières fécales, salive, jetage nasal et oculaire. Cette excrétion débute 7 jours après l’infection et peut durer jusqu’à 60-90 jours.
La transmission s’effectue par voie nasale essentiellement (aérosols) directement d’un animal à l’autre. Une infection transplacentaire (de la mère au fœtus) a été décrite. La voie orale est également possible.

L’infection est possible quelque soit l’âge de l’animal: la plupart des chiens malades ont entre 3 et 6 mois (chiots pendant leur phase critique, c’est à dire plus suffisamment protégé par les anticorps maternels et pas suffisamment protégés par les vaccins).

L’incubation de la maladie de Carré chez le chien est en général longue (durée entre l’infection et l’apparition des symptômes) de plusieurs jours à semaines.

Le virus infecte certains globules blancs de l’organisme (lymphocytes et macrophages, qui interviennent dans la protection immunitaire du chien et peuvent s’étendre à la rate et au thymus.

A lire aussi :  Intoxication au raisin chez le chien

Par la suite, le virus atteint les épithéliums (c’est à dire les surfaces) de certains organes: la peau, l’appareil respiratoire (nez, larynx, trachée, poumons) et le tube digestif principalement. Plus rarement, l’œil et le système nerveux peuvent être atteints.

L’évolution de la maladie va dépendre de la réponse immunitaire du chien:

  • si cette réponse est rapide et efficace, le virus ne pourra pas se multiplier correctement et les symptômes seront frustres: l’infection sera dite sub-clinique et concerne environ plus de 50% des chiens;
  • si cette réponse est faible, tardive et inefficace, la dissémination du virus entraînera des symptômes sévères qui dépendront de la localisation des virus, des souches virales et du nombre de particules virales. Cela peut aboutir à la mort de l’animal ou entraîner des séquelles neurologiques.

Signes cliniques et diagnostic

Les signes cliniques dépendent de la localisation du virus au sein des organes et n’apparaissent pas tous en même temps en général.

Dans la forme classique de la Maladie de Carré, le chien présente une inflammation importante des yeux et du nez (catarrhe) avec un écoulement oculaire et nasal visqueux et purulent, suivi d’une toux sèche puis grasse. A cause de la multiplication virale et de la réponse immunitaire, de la fièvre est présente (> 39,5-40°C). Des surinfectons bactériennes pulmonaires viennent souvent compliquer le tableau clinique.

Des vomissements et de la diarrhée peuvent apparaître par la suite. Au niveau cutané, des rougeurs et des pustules sont observables, ainsi que des craquelures / épaississement au niveau des coussinets et du nez

A lire aussi :  Gale sarcoptique chez le chien

D’autres lésions oculaires (inflammation de la rétine, du nerf optique, de l’uvée – zone à l’intérieur de l’œil) sont plus rares.

Dans les formes classiques sévères, des signes neurologiques apparaissent, plus tardivement, brutalement ou progressivement, et se manifestent sous forme de convulsions, tremblements musculaires, difficultés à se déplacer.

Des formes neurologiques atypiques peuvent apparaître directement et sont souvent sévères.

L’issue de la maladie aboutit très souvent à la mort de l’animal. Lorsque l’animal parvient à résister à l’infection, il persiste souvent des lésions neurologiques qui sont handicapantes et qui altère sa qualité de vie: l’euthanasie peut être recommandée.

Le diagnostic de la maladie est orienté d’abord sur une association de signes cliniques (respiratoires, cutanés, digestifs, nerveux). Il s’agit fréquemment d’une suspicion basée sur le statut vaccinal de l’animal, son mode de vie et les signes cliniques observés.

Il est nécessaire d’avoir recours à des laboratoires pour confirmer la maladie: en fonction des signes cliniques, votre vétérinaire peut faire des prélèvements différents.

Il est possible de rechercher des signes indirects d’une infection (c’est à dire mettre en évidence des anticorps) à partir du sang ou du liquide céphalo-rachidien (liquide qui entoure le cerveau). Si l’animal a été vacciné, l‘interprétation des résultats pourra être délicate.

Il est possible de mettre en évidence les particules virales par une méthode dite de RT-PCR (Reverse Transcription Polymerase Chain Reaction) à partir du sang ou du liquide céphalo-rachidien ou de prélèvement conjonctival ou buccal.

A lire aussi :  Mastocytome chez le chien

Traitement et prévention de la maladie de Carré

Le traitement de l’animal atteint est principalement symptomatique. Le vétérinaire va mettre l’animal sous perfusion pour maintenir un bon état d’hydratation ainsi qu’une balance en minéraux correcte. Des anti-vomitifs ainsi que des pansements intestinaux lui seront administrés, pour limiter les pertes hydriques.
Une couverture antibiotique sera mise en place, dans le but d’éviter les complications bactériennes fréquentes, notamment au niveau pulmonaire et digestif. De plus, si le chien est atteint de signes nerveux, des anti-convulsivants lui seront administrés.
Le pronostic est très réservé, puisqu’en général, 50 % des animaux atteints décèdent malgré les traitements mis en place.

La prévention passe par la vaccination. L’immunité conférée par les vaccins utilisés par votre vétérinaire est de longue durée, souvent supérieure à un an, voire de plusieurs années..

La maladie de Carré chez le chien est encore observée de nos jours, liée au réservoir que constitue la faune sauvage. Cependant, une vaccination correcte et adaptée à l’âge de votre chien lui conférera une immunité qui le protégera de façon optimale. Votre vétérinaire choisira le schéma de vaccination le plus adapté à votre chien selon son âge et son mode de vie.

Il est important de noter que la Maladie de Carré fait partie des vices rédhibitoires selon la loi du 22 Juin 1989. La suspicion doit être établie dans les 8 jours après l’acquisition de l’animal à partir des signes cliniques.

Partager cet article
Ajouter un commentaire