L’incontinence urinaire chez le chien

Par Vetissimo 7 à lire

Votre chien perd de l’urine au goutte à goutte, il se lèche souvent la région périnéale ? Votre animal est peut être sujet à de l’incontinence urinaire. Celle-ci correspond à une émission d’urine involontaire, incontrôlée entraînant le plus souvent des salissures, et de la malpropreté apparente. Elle doit être différenciée de la miction issue de « fausses incontinences » encore appelée pseudo-incontinences, provoquées par toutes les causes de polyurie-polydipsie, les mictions impérieuses dues aux cystites ou d’un défaut d’éducation entraînant du marquage urinaire par exemple.

Les « pseudo-incontinences » ou fausses incontinences :Les « pseudo-incontinences » ou fausses incontinences

Parmi les causes de pseudo-incontinence, nous trouvons les pathologies au cours desquelles la production et donc l’émission d’urine sont augmentées. L’animal se retrouve, dans ces cas, rapidement avec une vessie pleine. De ce fait, même s’il ne présente habituellement pas de malpropreté, il peut lors d’une absence trop longue des propriétaires ne plus savoir se retenir. Par exemple, le diabète sucré, l’insuffisance rénale (dont les causes sont diverses), l’insuffisance hépatique (nombreuses causes possibles également) … Lors de ces pathologies, les propriétaires remarquent fréquemment une augmentation de la prise de boisson de leur animal.

Certains chiens présentent également des « pseudo-incontinences » lors de pathologies du système génito-urinaire. L’inflammation du tractus urinaire (cystite par exemple) peut entraîner des mictions, dites « impérieuses ». Chez le mâle, lors de prostatite également, un des symptômes peut consister en une perte d’urine au goutte à goutte, mêlée ou non à du sang.

A lire aussi :  La maladie de Carré

D’autres causes de pseudo-incontinences sont, elles, comportementales : comme le marquage urinaire lors de sociopathie interspécifique, les mictions émotionnelles (soit de joie à l’accueil des propriétaires, ou par peur ou stress…), ou simplement celles dues à un défaut d’éducation de la propreté.Les causes d’incontinence vraie sont nombreuses : L’incontinence chez le chien peut avoir des origines neurologiques (par exemple suite à un traumatisme au niveau du bassin), une origine congénitale (mauvais positionnement de la vessie, uretères ectopiques qui abouchent au niveau vaginal au lieu de la vessie …), origine hormonale (suite à une castration par exemple), ou plus rarement des fistules uro-vaginales ou urétro-rectales …

Les causes

L’existence d’uretère ectopique (dans plus de 80% des cas chez les femelles), c’est-à-dire une mauvaise position d’un ou des deux uretères qui au lieu de venir s’ouvrir au niveau du col de vessie, la « court-circuitent », l’urine se déverse alors dans l’utérus ou le vagin, causant un écoulement d’urine constant. Cette cause d’incontinence est congénitale, puisque présente dès la naissance.

Une mauvaise position de la vessie : elle est dite « pelvienne », au lieu d’être « abdominale ». Cette mauvaise position entraîne une incontinence chez près d’un chien sur deux.

Plus fréquemment, suite à une castration le chien ou la chienne (20% des chiennes environ) peut présenter une incompétence sphinctérienne (faiblesse du sphincter), liée aux modifications hormonales s’installant suite à l’opération. A noter que certaines races sont prédisposées (Boxer, Dobermann …), ainsi que les chiens d’un gabarit de plus de 20kg.

A lire aussi :  Vomissements de sang chez le chien

De nombreuses causes d’incontinence vraie sont neurologiques : tous les traumatismes ou les lésions touchant en particuliers les nerfs contrôlant les différents muscles et sphincters de la vessie peuvent être à l’origine d’une incontinence.

Plus rarement, il peut exister des fistules (communication) entre le vagin et l’urètre, ou entre le rectum et l’urètre (congénitale, ou suite à un traumatisme, une infection, une chirurgie …)

Que faire si vous suspectez une incontinence urinaire chez votre animal ?

Consultez votre vétérinaire !

Les causes d’incontinence étant nombreuses, lors de l’examen clinique, le vétérinaire vous questionnera sur l’ancienneté des symptômes. En effet, les causes congénitales comme des uretères ectopiques entraînent le plus souvent une apparition précoce de l’incontinence. Il prendra ses renseignements sur l’historique du chien : accident ? traumatisme au niveau du bassin ? hernie discale ? qui ont pu entraîner des troubles neurologiques ; stérilisation ?

De même, il procédera, en fonction des résultats de son examen clinique et des réponses obtenues, à certains examens complémentaires. Par exemple : des examens sanguins, une analyse d’urine seront réalisés afin d’éliminer toutes causes entraînant une polyurie-polydipsie, ou infection urinaire, donc certaines causes de pseudo-incontinences. Parfois de l’imagerie médicale sera nécessaire : échographie de l’ensemble de l’appareil génito-urinaire, radiographies avec introduction d’un produit de contraste dans la vessie, …etc.

A lire aussi :  Lymphome chez le chien

La prise en charge de l’incontinence chez le chien

Une fois le diagnostic posé, et la cause d’incontinence trouvée, bien souvent des solutions existent.

Pour les fausses incontinences

Le traitement consistera à prendre en charge la pathologie primaire : traiter la cystite (antibiothérapie, alimentation, parfois chirurgie en cas de calculs, ou tumeurs …), la prostatite (antibiotiques, chirurgie éventuelle), prendre en charge l’insuffisance rénale, le diabète … grâce à des traitements médicamenteux, et l’alimentation éventuellement. Certains cas nécessitent une prise en charge comportementale pour les marquages, mictions de stress etc …

Pour l’incontinence urinaire vraie

Les solutions sont parfois chirurgicales. En effet, les causes congénitales comme les uretères ectopiques nécessitent intervention. Dans certains cas d’incompétence sphinctérienne, la chirurgie peut également être une solution complétant le médicament. Et elle est également nécessaire pour les fistules uro-génitales ou uro-rectales.Assez souvent le traitement sera médical, grâce à l’utilisation de molécules agissant sur le système nerveux pour améliorer le contrôle, la force des sphincters ou muscles, voire parfois pour favoriser le relâchement de certains muscles.

En conclusion

Les causes d’incontinence sont très diverses. Elles sont difficiles à prévenir pour la plupart. Ce qui est certain, c’est que ces différentes formes d’incontinence entraînent de nombreux désagréments dans le quotidien des propriétaires et du chien, et par conséquent ont un impact sur la relation entre le propriétaire et son animal. Des solutions existent, et elles seront adaptées à chaque cas, n’hésitez-pas à en parler à votre vétérinaire !

Partager cet article
Ajouter un commentaire