Hernie discale chien

Hernie discale chez le chien

Par Vetissimo 8 à lire

La hernie discale est une affection connue chez l’homme, étant une des causes fréquentes du mal de dos. Cette affection existe également chez les chiens et peut être responsable de paralysies et de douleurs.

Définition et causes

La hernie discale correspond au déplacement d’un disque intervertébral entraînant la compression de la moelle épinière.
La colonne vertébrale est constituée de plusieurs éléments. La moelle épinière est protégée par les vertèbres. Entre chaque vertèbre se trouvent les disques intervertébraux, véritables absorbeurs de chocs ou amortisseurs de la colonne vertébrale. Lorsque l’un de ces disques se déplace, il comprime la moelle épinière et on parle alors de hernie discale.
Les chiens à dos long (Teckels, Basset Houns, …) ou les races de chiens à malformations vertébrales (Bouledogues français, Cavalier King Charles, Pékinois, Shih-tzu,…) sont prédisposés aux hernies discales.

Types et symptômes

Les symptômes dépendent de la localisation de la hernie et de son caractère aigu ou chronique.
En cas de hernie discale aiguë, le déplacement du disque intervertébral survient immédiatement, lors d’un saut du haut d’une table ou d’un canapé par exemple. Les symptômes apparaissent alors brutalement et de façon nette.
En cas de hernie discale chronique, le déplacement est plus progressif, quand les disques intervertébraux deviennent moins souples, avec le vieillissement le plus souvent. Les symptômes apparaissent alors plus lentement.
Des symptômes de douleur plus ou moins intenses sont généralement présents, se manifestant par une baisse de l’activité physique avec une réticence aux déplacements ou aux sauts. L’animal peut garder le dos voussé, le port de tête bas. Il peut même manifester une baisse de l’appétit.
Des symptômes neurologiques peuvent également être présents, de type paralysie totale ou partielle. Ils dépendent de la localisation et des régions innervées par la moelle épinière au niveau de la hernie et en aval :

  • Les hernies les plus fréquentes se situent au niveau thoraco-lombaire. L’animal présente alors une paralysie des pattes postérieures et parfois de la queue; il peut avoir du mal à se lever et ses griffes peuvent traîner au sol à l’origine d’un bruit d’un frottement et d’une usure des griffes. Une perte d’équilibre sur le train arrière peut être notée avec un chien qui croise ses membres postérieurs en se déplaçant ou en perdant l’équilibre sur des virages ou sur le carrelage. Une incontinence urinaire et/ou fécale peut également être présente.
  • Au niveau cervical et scapulaire, les quatre membres peuvent être atteints. L’animal ne peut présenter uniquement une douleur violente au niveau du cou (on parle de “cervicalgie”): le chien ne peut tourner la tête sur les côtés ou la relever.
  • Postérieurement, au niveau caudal, la paralysie ne concerne que la queue de l’animal, avec éventuellement la présente d’une incontinence urinaire et/ou fécale, ou au contraire une incapacité à vider la vessie. On parle de syndrome « queue de cheval ».
A lire aussi :  Sang dans les excréments canins

Diagnostic

Pour établir un diagnostic de hernie discale, votre vétérinaire effectuera d’abord un examen clinique et neurologique complet de votre animal. Cela lui permettra de préciser la localisation de la hernie sur la colonne vertébrale; la gravité de la hernie discale, en fonction de l’importance des signes cliniques, sera également évaluée: cela permettra d’évaluer un “scoring” allant de 1 (animal douloureux sans trouble neurologique) à 5 (animal paralysie, sans perception de douleur).
Des examens complémentaires seront ensuite nécessaires pour établir un diagnostic de certitude. Votre vétérinaire proposera souvent de faire des radiographies, nécessaires pour vérifier la présence éventuelle d’une autre pathologie: elle ne sont pas souvent suffisantes. Pour mieux visualiser la moelle épinière, il pourra recommander un ou plusieurs examens spécifiques complémentaires:

  • Une myélographie : cela consiste à injecter un produit de contraste dans l’espace qui entoure la moelle épinière, puis d’en faire des radiographies
  • Un scanner
  • Une IRM

Ces examens nécessitent une anesthésie générale.
Connaître la localisation précise de la hernie est indispensable pour envisager un traitement chirurgical.

Traitement et Pronostic de l’hernie discale chez le chien

En fonction de la sévérité de la hernie et des dégâts causés, le traitement pourra être médicamenteux et/ou chirurgical.
Si l’animal ne présente pas de signes de paralysie, une période de repos strict associée à un traitement médicamenteux peut être suffisant. Il s’agit le plus souvent de corticoïdes, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et de morphiniques afin de réduire l’œdème qui entoure la hernie et soulager la douleur.
Si les symptômes sont plus sévères, la chirurgie pourra être nécessaire. L’intervention consiste à lever la compression et libérer la moelle épinière en retirant une partie de la vertèbre en cause. La période de convalescence par la suite dure plusieurs semaines et le repos est primordial.
Le pronostic et la récupération sont variables et dépendent de plusieurs facteurs:

  • l’évolution de la hernie: contexte aigu ou chronique
  • la localisation de la hernie: cervicale, thoraco-lombaire,…
  • de la sévérité des signes neurologiques: scoring de 1 (bon pronostic) à 5 (mauvais pronostic)
  • de la rapidité d’intervention
  • de l’état général de l’animal (présence d’autre maladies concomitantes, obésité, arthrose, …)
A lire aussi :  Maladie de Cushing chez le chien

Par exemple, un chien présentant une hernie discale thoraco-lombaire aigüe, de stade 5 depuis plus de 48h a entre 5-20% de récupération contre plus de 90-95% si la hernie n’est que de stade 1.

Ainsi, certains animaux récupèrent complètement sans aucune séquelle. Mais il arrive que d’autres ne récupèrent pas complètement car les dégâts causés peuvent être irréversibles. Généralement, les hernies discales aiguës sont souvent de meilleur pronostic que les hernies chroniques. Plus l’animal est pris en charge rapidement par un vétérinaire, meilleur sera donc le pronostic.

Prévention de l’hernie discale

Certaines mesures peuvent être mises en place pour prévenir les risques de hernie, surtout chez les races prédisposées.
La première est d’éviter que le chien descende d’un meuble, canapé ou lit par exemple, en sautant. Mieux vaut le porter lorsque cela est possible, ou lui fournir une rampe ou une marche.
De plus, un régime adapté permettra d’éviter le surpoids qui peut être un facteur de souffrance de la colonne vertébrale. De même, le port d’un harnais au lieu d’une laisse évite une trop grande sollicitation de la nuque, surtout si votre animal tire beaucoup sur sa laisse.

Partager cet article
Ajouter un commentaire