La gale des oreilles chez le chien

Par Vetissimo 5 à lire

La gale des oreilles est l’une des causes d’otite externe les plus fréquentes chez nos carnivores domestiques. Sans gravité, elle peut néanmoins entraîner, si elle n’est pas soignée, une otite interne.

Agent causal et signes cliniques

  • L’agent causal est Otodectes cynotis, un acarien vivant dans le conduit auditif de l’animal. Cet acarien mesure de 350 à 500 micromètres.
  • Les acariens se nourrissent de l’exsudat inflammatoire provoqué par les piqûres qu’ils infligent à l’épiderme de l’oreille et également du cérumen produit.
  • Les adultes pondent dans le conduit auditif externe du chien; le cycle complet se déroule en 14 à 21 jours.
  • La transmission de la gale des oreilles d’un animal à l’autre se fait par contact direct. Dans certains cas, elle peut également se faire par contact indirect lorsque les animaux utilisent les mêmes lieux de couchage. Otodectes peut sortir du conduit auditif, ce qui explique l’atteinte bilatérale chez les animaux infestés, mais également la contagiosité de la gale des oreilles.
  • Les signes cliniques les plus fréquemment observés sont un prurit auriculaire (des démangeaisons très marquées) et d’abondantes sécrétions noirâtres et malodorantes dans l’oreille.
  • Le chien peut secouer la tête très souvent ou garder la tête penchée de côté (en général du côté le plus atteint). Un réflexe auriculo-podal (le chien se gratte très vivement l’oreille avec la patte) est fréquemment observé lors de l’introduction d’un coton-tige dans l’oreille.
  • La gale des oreilles chez le chien provoque, en général, une otite externe, c’est-à-dire une inflammation du conduit auditif externe. Si cette gale n’est pas traitée, elle peut évoluer vers une otite externe purulente, voire une otite interne. Le passage à la chronicité (infection qui dure plus de 3 semaines) peut entraîner un rétrécissement du conduit auditif externe.
A lire aussi :  Pancréatite chez le chien

Diagnostic

  • Le diagnostic est généralement établi par le vétérinaire grâce à l’observation du conduit auditif avec un otoscope. Les acariens et les lésions inflammatoires qu’ils provoquent sont visibles dans le conduit auditif.
  • Un prélèvement des sécrétions et leur observation au microscope permettent généralement de mettre en évidence l’agent causal.
  • Votre vétérinaire fera ainsi la différence entre la gale des oreilles et d’autres agents responsables de prurit auriculaire tels que Demodex canis (rare) ou Malassezia pachydermatis.
  • Il observera également le tympan de votre chien pour s’assurer qu’il n’existe pas de complications.
  • Il peut arriver que le chien, par grattage intempestif de son oreille, rompe un vaisseau auriculaire et engendre un othématome. Il faut, dans ce cas, traiter la cause initiale, à savoir la gale, avant d’envisager le traitement de l’othématome.

Traitement et prévention de la gale des oreilles

  • Le traitement de la gale consiste en l’application régulière d’un acaricide par voie locale pendant une durée minimale de 21 jours (durée du cycle de l’acarien).
  • Dans des cas plus spécifiques, du fipronil en topique ou de l’ivermectine en injection sous-cutanée peuvent être utilisés. La sélamectine en usage topique a également été rapportée comme étant efficace.
  • Une transmission interspécifique de la gale des oreilles est possible : elle peut ainsi passer du chien au chat (et réciproquement). Par contre, il ne s’agit pas d’une zoonose, l’homme ne peut pas l’attraper.
  • Du fait de la forte contagiosité et de la possibilité d’une transmission interspécifique, lorsqu’un des animaux de la maison est diagnostiqué porteur d’Otodectes cynotis, il est recommandé de traiter tous les animaux, tout particulièrement s’ils sont en contact étroit les uns avec les autres.
  • La meilleure prévention de la gale des oreilles repose sur une bonne hygiène des oreilles (sans être excessif). De plus, des traitements par voie cutanée, ou par voie orale permettent une prévention optimale. De nouvelles molécules mises sur le marché récemment, notamment le sarolaner et ses dérivés, ont montré une efficacité importante dans la prévention et le traitement de la gale des oreilles chez le chien.
A lire aussi :  La parvovirose chez les chiens

La gale des oreilles est une affection fréquente chez le chien. Votre vétérinaire est le mieux placé pour vous conseiller sur le traitement à mettre en place mais également pour vous orienter vers la prévention la plus efficace en fonction du gabarit et du mode de vie de votre chien.

Partager cet article
Ajouter un commentaire