Chien qui boite

Boiteries chez le chien

Par Vetissimo 8 à lire

Les boiteries chez le chien sont assez courantes et les causes sont extrêmement variées.
Nous allons ici en présenter les grandes lignes et donner quelques conseils concernant la marche à suivre face à un chien qui boite et qui présente une démarche anormale.
Sachant qu’il est impossible de citer de façon exhaustive toutes les causes de boiteries, nous ne décrirons ici que les plus fréquentes.
Bien évidemment, cet article ne saurait en aucun cas remplacer une consultation vétérinaire.

Les boiteries d’origine traumatique

Accidents, chutes, bagarres et autres traumatismes peuvent entraîner diverses lésions :

  • Les contusions : bénignes, elles sont le plus souvent inapparentes, et s’estompent d’elles-mêmes rapidement.
  • Les plaies : suite à une bagarre, une chute, la pénétration d’un corps étranger (caillou, épillet)… Une plaie peut être apparente et donc facilement identifiable. Désinfectez la plaie soigneusement, protégez par un pansement et surveillez bien l’évolution. Si l’amélioration n‘est pas rapide, consultez votre vétérinaire : une plaie qui ne cicatrise pas peut être liée à une lésion infectée ou à la présence d’un corps étranger ayant pénétré plus profondément dans la patte.
  • Les fractures : le plus souvent dues à des accidents de la voie publique, elles sont en général assez évidentes : votre chien présente une vive douleur, il ne pose pas le membre blessé, la zone fracturée est enflée, déformée. Une plaie peut également être présente s’il s’agit d’une fracture ouverte. Bien souvent une chirurgie est nécessaire pour réparer cette fracture.
  • Les luxations : votre chien ne pose pas la patte, l’articulation luxée (le plus souvent hanche ou coude) est douloureuse, enflée ou déformée mais ces lésions ne sont parfois pas faciles à mettre en évidence. Un remise en place de l’os luxé sera alors effectuée, sans ou avec chirurgie pour stabiliser l’articulation.
  • Les atteintes musculaires ou tendineuses : qu’il s’agisse des élongations, contractures, inflammations voire ruptures, les atteintes musculaires ou tendineuses sont habituellement occasionnées par des mouvements trop brusques, le plus souvent à froid. Selon l’importance de la lésion, la zone peut être plus ou moins enflée mais toujours douloureuse. Si la lésion est trop importante, une chirurgie pourra être nécessaire.
  • Les atteintes ligamentaires : il peut s’agir d’une simple élongation (la classique entorse) comme d’une rupture complète des ligaments, la plus fréquente étant la rupture des ligaments croisés du genou. Votre chien ne pose alors plus la patte, l’articulation du genou est plus ou moins douloureuse. Selon l’importance de l’atteinte, une chirurgie pourra être pratiquée.
A lire aussi :  Diarrhée chez le chien

Les boiteries chez le chiot

En-dehors, bien sûr, des causes énumérées ci-dessus, voici quelques particularités concernant le chiot. Souvent héréditaires, mais pas obligatoirement, ces boiteries vont apparaître pendant la croissance, et sont plus fréquemment rencontrées chez les grandes races.

  • La dysplasie : qu’elle soit du coude ou de la hanche, cette malformation de l’articulation concernée ne fera malheureusement que se dégrader au fil du temps. Le chiot atteint présente des difficultés à se relever, a une démarche « chaloupante » et peut présenter une boiterie sur le(s) membre(s) concerné(s). S’il existe indéniablement une origine génétique, les conditions nutritionnelles (carence ou excès de vitamines, d’oligo-éléments…) et environnementales (sol trop glissant, exercice trop intense sur un squelette en plein développement…) peuvent aussi beaucoup influencer l’apparition ou non de cette pathologie. Une chirurgie peut alors être nécessaire pour corriger cette malformation.
  • Les ostéochondrites disséquantes : ces affections sont associées au détachement d’un petit morceau de cartilage qui va venir flotter au sein de l’articulation, tel un grain de sable dans un rouage. Elles se rencontrent essentiellement chez les chiots de grandes races et peuvent nécessiter un traitement chirurgical.
  • La panostéite : il s’agit d’une atteinte inflammatoire de l’os dont l’origine reste inconnue. Sa particularité est de passer d’un membre à l’autre, provoquant douleur et boiterie. Elle disparaît à la fin de la croissance. Un traitement anti-inflammatoire suffira pour gérer les moments douloureux.
A lire aussi :  Constipation chez le chien

Les boiteries liées aux maladies

  • L’arthrose : elle correspond à une destruction progressive du cartilage des articulations qui peut aller jusqu’à sa disparition complète. Il s’agit de la cause la plus fréquente de boiterie chez l’animal âgé mais elle peut aussi atteindre de jeunes animaux. Cette maladie invalidante peut être bien soulagée de nos jours,
  • Les tumeurs : qu’elles soient osseuses, musculaires ou autres, elles peuvent elles aussi être à l’origine de boiteries douloureuses et handicapantes et sont bien souvent d’un mauvais pronostic.
  • Les dégénérescences : le plus souvent d’origine médullaire, elles provoquent une paralysie d’un ou plusieurs membres malheureusement irréversible.
  • La maladie de Lyme : transmise par les tiques, cette maladie touche les articulations. Elle tend à se développer de plus en plus en France et n’est malheureusement pas toujours facile à mettre en évidence.
  • D’autres maladies moins fréquentes peuvent entraîner des boiteries, la liste est longue !

Conduite à tenir face à un chien qui boite

  • Votre chien revient vers vous en boitant subitement, 2 hypothèses se présentent :
    • Il ne vous paraît pas trop douloureux, ne présente pas de gonflement ni de grosse plaie apparente : inspectez tranquillement sa patte, le mieux étant de commencer par une extrémité puis de remonter tout le long du membre, à la recherche d’un petit corps étranger, d’une plaie, d’une zone chaude ou douloureuse… en résumé, de toute anomalie. Si votre recherche s’avère infructueuse, laissez votre animal au repos pendant 48 heures, il y a de grandes chances pour que tout rentre dans l’ordre rapidement. Si passé ce délai de 48 heures il boite toujours, mieux vaut consulter votre vétérinaire.
    • Il revient vers vous très douloureux, agité, présente des lésions qui vous font suspecter une fracture, luxation… Emmenez-le chez votre vétérinaire sans tarder, car il a peut-être été victime d’un accident et peut présenter, en plus de sa boiterie, d’autres lésions qui peuvent mettre en danger sa survie. Surtout, ne posez pas d’attelle, vous risqueriez de faire plus de mal que de bien.
  • Votre chien présente une boiterie légère qui ne fait que s’aggraver, n’attendez pas, montrez-le à votre vétérinaire.
A lire aussi :  Maladie de Lyme chez le chien

Conclusion sur un chien qui boite

Nous profitons de cet article pour vous rappeler qu’il ne faut jamais donner de médicaments à votre animal sans avis vétérinaire : certaines molécules sans danger chez l’homme peuvent être dangereuses chez le chien. Par ailleurs, seul un vétérinaire pourra poser un diagnostic et vous donner un pronostic exact. Ne tardez jamais à consulter.

Partager cet article
Ajouter un commentaire