Chat qui bave

Pourquoi mon chat bave-t-il autant ?

Par Vetissimo 5 à lire

La production excessive de salive, connue sous le nom d’**hypersalivation** ou de **ptyalisme**, peut parfois être confondue avec le « pseudoptyalisme ». Ce dernier terme se réfère à une incapacité à avaler la salive normalement produite, plutôt qu’à une surproduction de salive.

La salive est sécrétée par quatre paires de glandes salivaires situées autour de la cavité buccale et sous la langue.

Lorsque le ptyalisme (ou pseudoptyalisme) survient, l’origine du problème peut se situer dans la cavité orale (gencives, dents, langue, palais, etc.), l’œsophage, le tractus digestif, ou les glandes salivaires elles-mêmes.

Symptômes

Un chat peut baver de manière continue ou intermittente, avec une quantité de salive variable. La salive est généralement claire mais peut être teintée de sang, malodorante ou mélangée à du pus. D’autres signes cliniques peuvent inclure des régurgitations, vomissements, anorexie, douleurs buccales, et une incapacité à ouvrir la bouche.

Causes

De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi votre chat bave :

  • Causes neurologiques : Toute atteinte des nerfs impliqués dans la motricité des mâchoires, de la face ou du pharynx peut empêcher le chat d’avaler sa salive. Les troubles neurologiques de l’œsophage, comme le mégaœsophage, peuvent également causer ces symptômes.
  • Anomalies de développement : Malformations des arcades dentaires (brachygnathisme) ou de l’œsophage (jabot œsophagien).
  • Causes traumatiques : Fractures de la mâchoire ou de l’articulation temporo-mandibulaire (articulation entre la mâchoire inférieure et le crâne).
  • Causes toxiques et médicamenteuses : Ingestion de produits caustiques (Javel, soude), exposition à certains insecticides toxiques (perméthrine), ingestion de comprimés au goût désagréable.
  • Causes obstructives : Présence de corps étrangers ou de tumeurs dans la cavité buccale ou l’œsophage, empêchant la déglutition de la salive.
  • Causes métaboliques : Maladies hépatiques (shunt, lipidose, cirrhose) ou rénales sévères, provoquant des nausées et du ptyalisme.
  • Causes infectieuses et immunitaires : Maladies virales comme le calicivirus, le FIV (virus de l’immunodéficience féline), ou le virus de la leucose, entraînant des lésions sévères dans la cavité buccale, avec des inflammations de la langue, du palais, des gencives, et des ulcères douloureux. Ces infections affaiblissent le système immunitaire, favorisant les surinfections bactériennes.
  • Maladies des glandes salivaires : Calculs, corps étrangers, tumeurs ou infections des conduits salivaires pouvant provoquer un hyperfonctionnement des glandes salivaires.
A lire aussi :  Inflammation du pancréas chez les chats

Diagnostic

Pour établir un diagnostic, votre vétérinaire commencera par recueillir un historique détaillé du mode de vie et des antécédents médicaux de votre chat. Ensuite, un examen clinique général sera réalisé, en se concentrant sur l’inspection de la bouche, des mâchoires, de la langue, des glandes salivaires, des ganglions et de l’œsophage. Parfois, une anesthésie peut être nécessaire pour examiner entièrement et correctement la cavité buccale.

Souvent, l’examen de la cavité buccale suffit à établir un diagnostic. Si ce n’est pas le cas, des examens complémentaires peuvent être nécessaires :

  • Prises de sang (évaluation des fonctions hépatique et rénale, statut viral)
  • Biopsies pour analyse histologique ou recherche de virus via écouvillon buccal
  • Radiographies et/ou scanner du crâne
  • Radiographies du thorax et de l’abdomen
  • Endoscopie de l’œsophage et du tube digestif

Traitement

Le traitement dépend de la cause sous-jacente.

Une prise en charge médicale et/ou chirurgicale pourra être proposée. Dans certains cas, votre vétérinaire peut garder votre animal sous perfusion pour le réhydrater, gérer sa douleur et parfois le réalimenter via une sonde.

Pour certaines maladies incurables, les soins palliatifs seront privilégiés afin de maintenir une qualité de vie acceptable pour votre animal.

Conclusion

Un chat qui bave n’a pas nécessairement mal aux dents. De nombreuses causes peuvent provoquer cette hypersalivation, et votre vétérinaire procédera par étapes pour établir un diagnostic. Ne soyez pas inquiet si une anesthésie est nécessaire ; elle est souvent indispensable pour un examen complet, permettant d’identifier la cause et de répondre à vos questions.

A lire aussi :  Les tiques chez les chats
Partager cet article
Ajouter un commentaire