L’obésité chez le chien

« Mais Docteur, pourtant il ne mange pas beaucoup ! ». Une phrase que le vétérinaire entend souvent, suite à l’annonce d’un excès de poids chez votre petit compagnon. A l’heure actuelle, 1 chien sur 5 souffre d’obésité. Alors découvrons ensemble dans quelle catégorie se classe votre charmant toutou !

Quand parle-t-on d’obésité du chien ?

On parle d’obésité pour toute surcharge pondérale de plus de 15% par rapport au poids idéal. Ainsi, un chien devant peser idéalement 20kg, sera considéré obèse lorsqu’il atteint 23kg. Certains signes concrets permettent de révéler un surpoids chez le chien : côtes non palpables, absence du creux des flancs, base de la queue épaissie, difficulté à se déplacer, intolérance à l’effort ou à la chaleur…

Qu’est ce qui prédispose à l’obésité ?

La surcharge pondérale est due au fait que le chien consomme plus d’énergie (calories) qu’il n’en dépense. L’excès de calories étant mis en réserve par le corps, et entraînant les rondeurs de Médor.
On note également différents facteurs de risque, prédisposant le chien à l’obésité.

  • La génétique, le facteur race : certaines races de chiens sont génétiquement prédisposées à l’obésité. C’est le cas notamment du Saint Bernard, du Beagle, du Labrador, du Teckel, du Terre neuve…
  • L’âge du chien, mais également celui du propriétaire. En effet, plus l’âge est avancé, plus important est le risque d’obésité.
  • Le sexe du chien : les femelles sont plus sujettes à la prise de poids.
  • La sédentarité, le manque d’exercice sont les pires ennemis des kilos superflus.
  • La stérilisation, la contraception : stop aux idées reçues… Ce n’est pas la stérilisation en elle-même qui fait grossir votre animal ! C’est simplement le fait que les rations, après stérilisation, doivent être adaptées. Une fois stérilisée, la chienne aura en effet besoin de moins d’énergie, il faudra donc réduire son apport quotidien (de 30% en général). Aussi, rappelons l’effet de satiété apporté par les hormones, qui disparaît évidemment une fois l’animal stérilisé. Dès lors, si on ne modifie pas ses habitudes alimentaires, le chien qui ingère trop de calories risque en effet de grossir. Parlez-en à votre vétérinaire, il vous donnera les bons conseils.
  • Certaines pathologies (hypothyroïdie, diabète) entraînent souvent un excès de poids chez l’animal atteint. Il faut donc s’assurer que l’obésité du chien n’est pas liée à l’une de ces maladies.
  • La prise de certains médicaments (antiépileptiques, corticoïdes) est réputée pour rendre l’animal affamé, ce qui pose problème si le propriétaire écoute son animal.
  • Le type d’alimentation : un point très important également. La manière dont est nourri le chien, l’aliment donné (ration ménagère, croquettes), la quantité… Autant de facteurs qui influencent également la prise de poids.

En quoi l’obésité est-elle dangereuse pour votre chien ?

De nombreux propriétaires pensent choyer leur petit compagnon en leur offrant bonbons, biscuits, barres à mâcher, pâtisseries, restes de table… Malheureusement, il n’en est rien ! Bien au contraire ! L’obésité a de graves conséquences sur la santé et le bien-être de votre chien. Elle diminue son espérance de vie. Elle entraîne des maladies ostéo-articulaires, respiratoires, cardiaques. Elle diminue l’immunité du chien, le rendant plus sensible aux infections. Les anesthésiques se dissipant dans les graisses, l’obésité représente un inconvénient majeur lors d’interventions chirurgicales: cela peut ralentir l’élimination des anesthésiques et rallonger le réveil de votre animal; sa capacité respiratoire est également diminuée.

Comment savoir si votre chien est obèse ?

Reconnaître un chien obèse n’est pas si compliqué ! Il est par contre plus difficile de l’admettre. Bien entendu, il existe des standards de race, mais certains chiens étant plus petits ou plus grands que la « norme », on ne peut donc se baser uniquement sur ces standards pour évaluer le poids du chien, d’autant que bon nombre de chien sont croisés.

Afin de savoir si votre petit compagnon est obèse ou non, vous devez vous munir de…. vos yeux et vos mains ! Rien de plus facile ! On se basera en effet sur l’observation et la palpation.

  • Observer la silhouette de votre chien, vue de profil et vue du dessus. Idéalement, la colonne vertébrale ne doit pas être visible, contrairement à la ceinture abdominale (plus ou moins en fonction de la race de votre chien).
  • Palper votre petit compagnon, en passant vos mains le long de son corps, sans exercer de pression. Idéalement, vous devez pouvoir sentir la colonne vertébrale et les côtes sans trop appuyer. S’il vous est impossible de les sentir, ou que vous palpez des bourrelets au niveau des cuisses, de la base de la queue ou le poitrail… il est temps de mettre Médor au régime !

Prévention de l’obésité chez le chien

Pour garder son chien en bonne forme, rien de plus simple. Dès le plus jeune âge, offrez-lui une alimentation adaptée à ses besoins et contrôlez les quantités distribuées. Suite à sa stérilisation ou à une baisse d’activité (post opératoire par exemple) diminuez la quantité d’énergie fournie. Pour cela, diminuez les quantités fournies ou changer de type d’aliment (moins calorique) afin de conserver un volume de croquettes suffisamment pour assurer la satiété de votre chien.

Évitez les grignotages et les aliments non adaptés au régime alimentaire de votre petit compagnon. L’alimentation humaine, par exemple, n’est pas adaptée à nos carnivores domestiques ! Savez-vous qu’en donnant 25gr de fromage à votre chien, cela équivaut à deux gros muffins pour vous.

Si vous souhaitez malgré tout lui offrir quelques friandises, assurez-vous que celles-ci soient adaptées (il existe des friandises hypocaloriques) et n’oubliez pas de diminuer sa ration en conséquence. Les friandises ne sont pas les seules récompenses pour votre chien, la meilleure des récompenses c’est VOUS, et ça, ça ne fait pas grossir ! Donc n’hésitez pas à le féliciter joyeusement ou à jouer avec lui pour le récompenser plutôt que de le gaver de biscuits inadaptés.

Nous l’avons vu la sédentarité est l’ennemi des kilos en trop, il est donc important d’offrir à votre petit compagnon une activité physique régulière.

Vous l’aurez compris, l’obésité est néfaste pour la santé et le bien-être de votre charmant toutou ! Une fois celle-ci installée, la mise en place d’un régime n’est pas chose simple. Afin d’éviter cela, mieux vaut prévenir que guérir, offrez une vie saine à votre animal. Parlez-en à votre vétérinaire. Expert en nutrition, il vous apportera l’aide nécessaire pour trouver une alimentation adaptée à votre petit compagnon et lui assurer un suivi personnalisé.

Commentaires

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

Demandez à un expert!

Poser Une Question